Publié le

Le troisième sumo : une histoire sur le Japon touchante

J'aimerais partager avec vous une découverte inattendue, une magnifique histoire sur le Japon et sur les sumos plus particulièrement.

Marie Havard est une auteur qui suit mon blog dédié à l'auto-édition et qui avait accepté de m'aider à promouvoir mon troisième roman "L'espoir au corps" au moment de sa sortie.

Pour la remercier, j'avais acheté l'une de ses nouvelles, "Le troisième sumo", et je lui avais promis de la lire dès que j'en aurais le temps. 

C'est chose faite et je peux vous dire que je suis très heureuse que le destin m'ait poussé à découvrir l'écriture et l'histoire de Marie Havard.

Le troisième sumo, nouvelle écrite par Marie Havard

Histoire sur le japon Le troisieme sumo

Mon avis :

Que de délicatesse dans cette histoire lu en 1h. Je ne savais pas du tout dans quoi je m'embarquais mais j'étais curieuse... une histoire de sumo ? Je n'en avais jamais lu ! Et je suis parfaitement tombée...


Une écriture douce, fluide qui nous transporte dès les premières pages au Japon et dans la vie de Hataro. Ce personnage est très attachant, j'ai beaucoup aimé sa sensibilité... ou celle de l'auteur devrais-je dire !


J'ai souri tendrement à certaines lignes, je me suis laissée gagner par l'envie irrépressible de connaître la fin. J'ai aussi été subjuguée par cet appel spirituel inattendu...

Résumé de l'auteur :

Hataro a toujours été impressionné par les lutteurs de sumo, ces hommes puissants admirés de tous. Lorsqu'il en rencontre un, c'est toujours un instant mémorable. Arrivé à l'âge de soixante-huit ans, Hataro attend avec impatience sa rencontre avec un troisième sumo...

Une nouvelle pleine de vie et de bonne humeur, dans un japon traditionnel dépaysant et relaxant.

Extrait :


"Hataro avait eu l’honneur de rencontrer un lutteur de sumo deux fois dans sa vie. Ces moments restaient gravés dans sa petite tête aux cheveux désormais rares et blancs.

La première fois, c’était dans le quartier Ryogoku à Tokyo, alors qu’il avait six ans. En ce mois de mai, il passait exceptionnellement quelques jours chez sa grand-mère Obachan. Il jouait accroupi devant la maison, dans la ruelle calme, sous l’œil serein de son aïeule, quand soudain, une ombre immense recouvrit ses petits bonshommes de bois. En levant la tête, il vit une silhouette imposante en contre-jour, et il se demanda si l’Ogre Oni n’était pas descendu de sa montagne le punir pour la fois où il avait dévoré tous les Daifuku stockés amoureusement par grand-mère Obachan dans la boîte à gâteaux sur le buffet, à côté de sa radio du salon."


Découvrir cette histoire sur Amazon :

Merci à Marie pour cet incroyable voyage que je vous invite donc à découvrir sans attendre !