fbpx

Meurtre pour rédemption de Karine Giébel : bien plus qu’un thriller

Meurtre pour rédemption de Karine Giébel... je profite d'avoir relu ce thriller une deuxième fois ce livre pour en faire une chronique. Car vraiment, ce livre est à découvrir !

La première fois que j'ai lu ce livre, il y a... peut-être trois ans, je n'étais pas encore "auteur officiel". J'écrivais sans me poser de questions, par passion, sans penser à faire lire mes romans. Je n'avais donc pas du tout la même appréhension de cette histoire.

Je crois que jour où l'on devient vraiment auteur, que l'on fait attention à ce que l'on écrit, la manière dont ça sera lu... la lecture devient différente. Inconsciemment on analyse le texte, la manière dont l'histoire se trame, on cherche les raisons qui ont poussé l'auteur à faire tel ou tel choix... C'est une manière d'enrichir son style, son vocabulaire, surtout quand ce que l'on lit nous plait.

Karine Giébel : TOP 3 de mes auteurs favoris

Justement, avec Karine Giébel j'ai une relation toute particulière. En effet, je me sens très proche de son écriture, franche et incisive, parfois saccadée. J'aime sa manière de décrire les choses en utilisant beaucoup d'images, de comparaisons, de synonymes. 

Elle ne dit pas "les yeux verts" ou "il ouvrit les yeux". Non, Karine Giébel écrit "les émeraudes surgirent dans l'obscurité"... et ça fait toute la différence.

Son écriture est ainsi riche, puissante. En plus du vocabulaire employé, chaque virgule et chaque point sont choisis pour donner un rythme précis, faire que les mots soient plus percutants.

Ce petit extrait reflète très bien ce que j'essaie de vous dire :

Quelque chose continuait de lui bouffer les tripes, méthodiquement. Comme un parasite, un truc qui se nourrissait de sa vie, l’asséchait lentement. La peine, immense. Le chagrin, la rancoeur, l’impuissance. La culpabilité. La haine. Et la peur de la haine.

Lorsque la lecture influence l'écriture 

Quand je suis en période d'écriture je fais très attention à ce que je lis. Je suis en effet facilement influencé par le style. Comme les livres de Karine Giébel me correspondent, j'en bouquine souvent un pour nourrir mon inspiration. Je puise ainsi dans son écriture des idées pour enrichir mes tournures de phrases... 

Et c'est ce que je fais en ce moment car je suis en pleine rédaction de mon quatrième roman "Juste Puni". Je voulais donc vous parler de ce livre "Meurtre pour rédemption" que j'ai (à nouveau) terminé cette semaine. 

Meurtre pour rédemption de Karine Giébel

Mon avis :

Au format poche il fait 990 pages une histoire assez longue. En fait, ce roman pourrait se découper en trois parties et chacune se suffirait à elle-même. Trois temps forts dans ce roman et chaque temps introduit le suivant, entre un peu plus en profondeur.

Une trame en 3 temps

Il y a d'abord la présentation de Marianne, de l'univers carcérale. Sa vie, ses attentes, ses espoirs ou désespoir, la raison de sa violence, de sa peine à perpétuité. On plonge dans son univers, sa tête, on y découvre ses forces, ses faiblesses... Autour d'elle gravite une multitude de personnages tous aussi riches les uns que les autres, venant chacun apporter la pierre à l'édifice de cette histoire... Surtout un, un homme, bien sûr.

Lentement, la rudesse de cet univers coule vers une histoire d'amour surprenante (je n'en dis pas trop pour ne pas vous spoiler !) et on sent que le roman bascule, le personnage principal, Marianne se transforme, évolue...

Cette deuxième partie est charnière car elle détermine tout ce qui suivra. Même si je l'aurais voulu plus courte car moins "intense", elle ouvre la troisième partie de ce roman et apporte un fil conducteur non négligeable à la suite.

Ce dernier temps est là où l'on retrouve le "thriller" : les flics, la corruption, le chantage... et où tout se termine, comme on ne s'y attend pas.

Un roman trop long ?

Certains lecteurs diront : ça aurait pu être plus court. Mais j'ai un style assez proche de celui de Karine, par rapport à la psychologie des personnages et je comprends son parti pris.

Chaque partie apporte son lot d'informations. On parcourt les méandres des pensées des personnages, de leurs dilemmes et incohérences. Pour comprendre comment un personnage peut être manipulé, ou amener a commettre des atrocités, il faut aller loin dans sa psychologie. Et c'est ce que Karine Giébel fait avec brio.

Meurtre pour rédemption de Karine Giébel : un thriller pour qui ?

Ce roman n'est pas pour ceux qui veulent des émotions fortes et rapides. Il est pour tous ceux qui veulent explorer les émotions et la psychologie humaine, dans sa plus belle lumière comme dans sa plus grande noirceur.

Ce roman n'est pas fait pour les âmes sensibles. Seule Karine Giébel sait décrire avec autant précision l'enfer des sévices psychologiques et physiques que subissent ses personnages. Je ne sais pas à quel point les conditions carcérales sont réalistes dans ce roman (et je ne suis pas sûr de vouloir savoir) mais après tout c'est un roman, et l'auteur est libre d'y ajouter un peu d'excès. 

On pourrait croire que tout tien dans le titre mais c'est en réalité bien plus. C'est un roman psychologique avec des personnages forts, aux personnalités marquantes.

Bien sûr, si j'en parle sur ce blog, je vous le recommande !

Résumé de l'auteur :

Marianne, vingt ans. Les barreaux comme seul horizon. Perpétuité pour cette meurtrière.
Indomptable, incontrôlable, Marianne se dresse contre la haine, la brutalité et les humiliations quotidiennes.

Aucun espoir de fuir cet enfer, ou seulement en rêve, grâce à la drogue, aux livres, au roulis des trains qui emporte l esprit au-delà des grilles. Grâce à l'amitié et à la passion qui portent la lumière au coeur des ténèbres. 

Pourtant, un jour, une porte s'ouvre. Une chance de liberté. Mais le prix à payer est terrifiant pour Marianne qui n'aspire qu'à la rédemption...

Découvrir cette histoire sur Amazon

0 Partages
>